Regard sur les aires de jeux européennes

Auteur : Kaneko Kurō 金子九郎
Traduit du japonais par : Amira Zegrour 

Note de la rédaction
Texte original : « Ōshū no asobiba o mite » 欧州の遊び場を見て, Shin toshi 新都市 (Nouvelle ville), no 10, vol. 36, octobre 1961.
Traduction publiée dans : Anthologie Aires de jeux au Japon, Nevers, Tombolo Presses, 2019, p. 91-102.
La traductrice souhaiterait remercier les éditions Tombolo Presses et Vincent Romagny pour avoir autorisé TScHum à publier cette traduction.

 

L’an dernier, à l’occasion du congrès international des paysagistes, organisé à Amsterdam, j’ai étudié les aires de jeux européennes durant quatre mois. Ces séjours informels avaient pour but d’observer comment les enfants s’y amusaient. Une fois de retour au Japon, mon expérience européenne se soldait en tout cas par un éloge. Et en définitive, la seule idée mise en évidence était qu’on y trouvait partout d’exceptionnelles aires de jeux. J’aimerais y couper court ici. Il me semble avoir rassemblé les connaissances nécessaires sur l’essence-même de la ville pour cela.

 

Les aires de jeux ne sont pas si nombreuses,
Ni exceptionnelles.

Les rues en Europe ne mènent pas nécessairement à des aires de jeux. Même en interrogeant passants et enfants, celles-ci se font plutôt rares. Dans certaines villes, je suis allé jusqu’à demander aux autorités compétentes afin que l’on m’y guide. Cette situation paraît incongrue au premier abord, pour une région perçue comme plus aisée et prospère que le Japon, mais cela témoigne d’un réel équilibre. Ce problème public reste cependant la cible de plusieurs mesures, surtout visibles dans les zones en reconstruction. Ceci dit, les petits parcs de Tokyo les surpassent souvent par leur taille ou leur diversité. Même si à Tokyo, les aires de jeux se ressemblent plus ou moins et sont réservées aux enfants ; je me suis contenté ici de proposer une comparaison entre celles-ci et leurs consœurs européennes. Or, sur le vieux continent, on peut y ajouter les parcs urbains, en grand nombre, accueillant tous les habitants, petits et grands enfants. En clair, les aires de jeux, parties intégrantes d’espaces verts, se différencient de celles que l’on trouve au Japon. C’est une des raisons pour lesquelles leurs aires de jeux ne sont pas si exceptionnelles. Ils ne s’enferment pas dans des règles et définitions comme nous le faisons. Ici, nous emmenons nos enfants s’amuser dans un espace limité, et faisons notre possible afin qu’ils y restent.
   D’extraordinaires aires de jeux sortent parfois du lot.
Plusieurs éléments sociaux s’entrelacent dans les aires de jeux ; celles-ci ne sont donc ni des lieux abstraits, ni des utopies. Cependant, si les nôtres, enchaînées à la réalité du quotidien, visent à combler les défauts de la société, les européennes, éducatives ou irréalistes, tendent à satisfaire au bonheur même des enfants. Et c’est pourquoi, même si cela reste excessivement rare, on y trouve parfois d’extraordinaires aires de jeux, en partie ou dans leur intégralité, comme les terrains d’aventure ou les parcs de circulation dont il est question par la suite ; ils ont pour but de développer leur force créative, d’enseigner la vie en société, de proposer des divertissements inhérents aux aires de jeux, ou d’offrir des activités manuelles, afin de guider l’enfant dans son développement. Pourtant derrière cette séduisante apparence se cachent beaucoup d’autres circonstances sociales. Ainsi, en comprendre la structure et l’usage est indispensable pour pouvoir les importer chez nous.

 

L’usage des aires de jeux

Quelle que soit l’heure, elles sont généralement calmes. De fait, les enfants s’amusent beaucoup en dehors de celles-ci, dans les parcs ou sur les esplanades. Tout l’espace public est occupé, toutes les allées. On pourrait facilement en imputer leur largeur apparente, mais cela est surtout lié au faible nombre de gens, et en particulier d’enfants. Je ne me souviens pas avoir vu d’adultes ou de grands enfants s’approprier les aires de jeux, et cela illustre à quel point leur culture a su intégrer le respect envers les enfants.
   Les seules fois où j’ai vu des enfants en nombre, c’était dans une aire de jeux du centre-ville de Copenhague ; dans un très grand ensemble construit sur les traces du bombardement de l’East End de Londres ; et dans une aire de jeux commémorative d’Amsterdam. Si on étudie les pays ou villes séparément, abstraction faite de la France, dont il faut prendre en compte l’éducation, l’infernale période d’examens d’entrée souvent associée au Japon, semblait inexistante.

La gestion des aires de jeux

Leur gestion devance totalement la nôtre. Au Japon, il n’est pas si rare de trouver des balançoires auxquelles on a enlevé la partie supérieure pour les rendre inutilisables, ou des toboggans avec de gros trous laissés tels quels sur les glissières. On trouve aussi beaucoup d’endroits où aucune indication ne délimite les espaces dangereux. Impensable.
   Le bac à sable y est grosso modo dix à vingt fois plus grand qu’au Japon, et le sable toujours abondant. À Tokyo, il faut en remettre toutes les trois semaines, tandis qu’en Europe, une fois par an suffit. Il va sans dire que l’humidité y est modérée et les déchets en papier absents.
Le crissement des balançoires s’entend assez bien, et cela doit être insupportable. Il est évident que les terrains de jeux sont gardés propres – ou au moins pas trop sales –, que la verdure est préservée, jusqu’aux parterres de fleurs laissés intactes.
Tout cela est possible d’abord parce qu’il y a peu d’enfants, que ceux-ci ne sont pas aussi fougueux qu’au Japon, et ne font pas de dégâts.
C’est peut-être grâce à l’attention des parents alentour. Toutefois, s’intéresser aux frais de gestion devient ici essentiel. Excepté États-Unis, les sites se passent souvent d’instructeurs ou de concierges, ce qui évite des dépenses en personnel. Cependant, d’autres solutions ont été trouvées et implantées pour compenser cette absence, ce qui prouve qu’ils gardent à l’esprit combien une aire de jeux est gourmande en argent. Pour éviter tout malentendu, je précise qu’aucun jugement n’est ici émis quant à la nécessité d’avoir constamment un concierge dans les petits parcs japonais comme à Tokyo.

 

L’aménagement des aires de jeux

Tailles et formes varient énormément, ce qui démontre que celles-ci n’ont pas fait l’objet de réflexions très poussées, sauf dans le cas des villes nouvelles ou des grands ensembles. Par conséquent, leurs équipements ne sont pas spécialement contrôlés, comme à Tokyo, où on installe en priorité une balançoire, un toboggan et un bac à sable, puis des cages à poules et, si possible, une ou deux balançoires en arche, tout en pensant leur architecture selon des règles municipales. En d’autres termes, une aire de jeu et sa voisine diffèrent. Un type de matériel est remplacé par un autre ; ainsi tailles et formes varient. Seules Stockholm et Helsingborg, suivies par Zurich et Düsseldorf, ont réglementé – dans le bon sens du terme – leurs équipements.
   De fait, des efforts sont faits afin de sécuriser les divers équipements. Cependant, ceux-ci sont fondés sur l’âme de leurs enfants et sur l’état du terrain. Ils peuvent donc parfois paraître négligés, à nos yeux japonais. Néanmoins, certaines attentions méritent notre respect, notamment à Helsingborg. Du côté des installations, l’aspect éducatif de Zurich m’a touché, ainsi que Copenhague en ce sens qu’elle essaie de faire rêver les enfants. Il est amusant de noter que ce sont les endroits qui ont vu naître Pestalozzi et Andersen.
Au demeurant, contrairement aux Américains – surtout à l’Ouest – avec leurs histoires imaginaires, Copenhague se focalise sur la forme pure et simple. Même les parcs d’attractions payants, par exemple Disneyland et les jardins de Tivoli, n’ont rien à voir. Cette absence totale d’endroits abstraits m’a beaucoup surpris. Cela ne m’aurait pas étonné il y a deux ans, mais dans les lieux en reconstruction, un cheval, même déformé, garde une forme intelligible.
Les aires de jeux dans les villes sont généralement couvertes d’asphalte, même si les vents de poussière oude froid ne sont pas aussi importants qu’au Japon.
Le sentiment de désordre propre aux aires japonaises fait parfois son effet dans des pays où aucun équipement n’est posé en désordre dans un endroit fermé ; la vague d’étonnement à laquelle j’ai fait face aux Pays-Bas  – pays plat rempli d’eau – ou en Suisse – pays des montagnes – devant le tas de béton visible la photo que j’avais apportée d’une nouvelle aire de jeux se trouvant dans l’arrondissement Taito à Tokyo, ce sentiment était inexorablement suivi d’un « Mais pourquoi ce fouillis ? » Bien sûr, cela référait aussi au nombre important d’enfants visibles.
Les centres sportifs, deux à trois fois plus grands que les petits parcs de Tokyo, se trouvent un peu partout. Un instructeur est bien sûr toujours présent, mais, abstraction faite des États-Unis, seules Zurich, Stockholm, puis Copenhague et Londres y organisent des activités.

 

L’originalité des aires de jeux

Tous les deux ans, en juillet, une réunion sur les aires de jeux se tient en Europe, dans le département de protection de l’enfance de l’ONU. Un vrai échange entre villes et pays de matériaux et de recherches, qui se conclut sans aucun réel changement ; tout le monde finit par garder ses habitudes sans s’inspirer de son voisin. Même les recommandations sont ignorées. Peut-on y voir une certaine fierté nationale ? Les États-Unis, eux, sont plus engagés. Cette marque de désinvolture est imputable à l’absence des aires de jeux en Europe et au complexe des Japonais, qui adoptent toute amélioration immédiatement. Y a-t-il vraiment un cas meilleur que l’autre ?
En Italie, et surtout en Espagne, les aires de jeux n’ont rien de problèmes sociaux, et représentent bien une force économique ou une avancée sociale, preuve que les enfants y sont nombreux. Cependant, en termes de visuel, l’Italie mérite une grande attention.
Gardons en tête les points ci-dessus et voyons des exemples concrets d’aires de jeux.

 

Terrain d’aventure (1/2)

Ces aires aux allures de déchèterie sont apparues il y a une trentaine d’années à Copenhague. On peut les appeler « parcs d’aventure » ou « parcs Robinson », car comme sur une île déserte, on laisse son imagination construire maisons et champs. Il n’y a donc ni balançoires ni toboggans. Les enfants pensent, fabriquent et utilisent les installations. Seuls ou à plusieurs. Pour ce faire, ils y trouvent divers matériaux ; de vieilles planches de bois, briques et tuiles à des fils de fer et clous ; des scies, des marteaux, du fer ; depuis des bancs jusqu’à des pelles et des houes. Bien entendu, des surveillants sont là pour écouter les enfants, les conseiller, et s’occuper de préparer le matériel et les outils en prévenant tout désordre. Ainsi, tous les maisons et meubles aux couleurs vives ont été faits par les enfants. Quand ils en ont assez de l’école, ils se réfugient dans leurs cabanes et jouent avec leurs voisins jusque tard dans la soirée. Ils y passent même leurs journées, paraît-il, les jours de vacances. Cet endroit attire petits enfants et adolescents, garçons et filles, jusqu’à des mères de famille – qui l’ont elles-mêmes fréquenté par le passé – avec leurs bébés. Et il n’y a pas d’accident ou autre dégât. 80 % des dépenses viennent de la ville, 20 % des parents. Le site s’étend sur 0,6 hectare, avec une instructrice et une assistante.
   Sur le terrain d’aventure de Zurich, il y avait un bureau de poste et une banque ; le téléphone était même relié aux cabanes. Il se vantait d’être le seul emplacement au monde doté d’un téléphone.

 

Terrain d’aventure (2/2)

Ce lieu aux airs de chantier est dans le dense centre-ville de Londres. On ne peut pas y construire de maison, mais on y creuse le sol pour y entasser des matériaux et créer des clôtures. Il était vraiment petit – moins de 0,2 hectare –, mais équipé d’éléments originaux, et il comptait tout de même un centre sportif et des instructeurs.
   En dépit de ses nombreux aménagements et d’impressionnantes aires de jeux, Londres a ainsi pris la peine de réserver un espace aux terrains d’aventure.
De plus en plus de ces terrains d’aventure se retrouvent en Occident, mais certains de leurs composants sont repris dans les aires de jeux ordinaires. Les enfants préfèrent découvrir d’eux-mêmes de vieux bateaux ou de vieilles automobiles posés là plutôt que de s’amuser dans des endroits prévus à cet effet ; ils préfèrent des jouets pensés et construits plutôt que d’autres déjà prêts ; ils préfèrent la liberté à des règles guidant leur façon de s’amuser.

 

Parc de circulation

Un espace insolite apparu au beau milieu d’une grande aire de jeux située dans un quartier résidentiel de Zurich.
   Des panneaux en béton font office de faux bâtiments, mais les feux de signalisation, les lignes blanches et pancartes jaunes ressemblent à s’y méprendre aux routes alentours. Tout y est : des signes de circulation aux panneaux interdisant le trafic pour cause de travaux, des routes traversant des tunnels ou passant sous les ponts, de la fausse pelouse, des bosquets, jusqu’aux panneaux en bois indiquant Zurich ou Berne en lettres blanches.
Les enfants grimpent sur les infrastructures et sautent d’un côté à l’autre, et il va sans dire que cet endroit est parfait pour jouer aux parents ou au marchand. Néanmoins, cela reste un lieu où l’on s’amuse à circuler en voiture et à traverser aux passages piétons.
Ces parcs de circulation, comme celui de Stuttgart, servent à s’entraîner à conduire des voitures, mais, à Lille, des labyrinthes de haies donnent un côté serein au lieu. Là-bas, une piste cyclable pour enfants entoure un grand parc à sa lisière. Et le dimanche, un vrai policier vient faire la circulation. De plus, même si ce n’était pas grand chose, les aires de jeux proposent des petites boîtes en guise de voiture et de petits panneaux de signalisation.

 

Les étangs

Bien qu’on ne puisse dire qu’ils soient partout, ils sont généralement spacieux et très peu profonds : entre vingt et trente centimètres. Contrairement aux piscines privées payantes, les lieux de baignade des aires de jeux sont dotés d’un instructeur présent gratuitement, même si souvent les mères restent à observer. Tous les étangs de Lille sont doublés afin d’avoir les pieds propres avant d’entrer, mais il y a aussi des cas où seul un petit bassin est posé à l’entrée à cet effet, tout ce qu’il y a de plus sobre. L’eau y coule à flots, et ce n’est jamais plein, on voit toujours le fond très clairement. Leur forme est généralement simple, souvent sans fontaine, avec parfois des socles ronds en leur centre. Dans le complexe d’habitation d’Amsterdam, un étang se trouvait entre deux bâtiments. Il y avait aussi un bassin avec une élégante statue dans un coin, entourée de trois côtés par des haies basses, mais cela me semblait être un luxe inutile dans un complexe déjà fascinant. En proche banlieue, un impressionnant espace vert du nom d’Amsterdamse Bos présente un imposant étang en son centre.
   Bac à sable boueux. Il s’agit d’un endroit pour jouer avec la boue créée par l’eau qui s’échappe d’un étang ou d’un robinet au centre du bac à sable. Je n’en ai vu que deux à Zurich et, même si les enfants semblent grandement s’amuser, les plaintes des parents n’aident pas ces aménagements à se développer.

 

Les aires de jeux aux roches naturelles

Dans un complexe d’habitation de Zurich se trouvait une aire de jeux où des roches naturelles, plantées dans du sable, avaient été aménagées de façon non dangereuse. Aussi, les installations en bois étant plus communes dans les grands ensembles de Londres, y apercevoir quelques roches naturelles entre leurs bâtiments – même si elles n’avaient rien à voir avec Zurich – m’a paru étrange. Cela semble au premier abord dangereux, mais c’est tout à fait sécurisé si c’est utilisé correctement. Au Japon, cependant, les roches naturelles ont un prix trop élevé.
Les filets d’escalade sphériques. L’angle des tiges obliques de celui de Helsingborg, sphérique, était pensé différemment. Si bien que même un petit garçon est arrivé en haut. Je n’ai vu dans aucun autre pays, ni aucune autre ville, une telle sollicitude envers les enfants.
   Les tentes en filet. Il s’agit d’un filet tendu comme une tente et sur lequel on peut s’amuser au-dessus et en-dessous, le sol étant recouvert de sable pour éviter les accidents. Il faut porter une attention particulière à la fragilisation du filet et toujours faire en sorte qu’il ne touche pas le sable.

 

Le toboggan en cage à oiseaux

Dans le centre de Copenhague, il y a un parc d’attractions payant, les Jardins de Tivoli, avec en son sein une aire de jeux aux installations des plus intéressantes. L’une d’elles était un toboggan en spirale entouré de branches jaunes, comme une cage à oiseaux, et y descendre éveillait un sentiment très particulier. Ce genre de jeux un peu curieux proposé aux enfants ouvre des perspectives.

 

L’œuf

En Europe, les équipements de jeux au design abstrait, dit « play sculptures », sont extrêmement rares. Aussi, quand j’en ai vu une à Stockholm, j’ai pris conscience de l’infatuation des adultes. Les enfants voient cela comme un œuf. […] Une œuvre plus appréciée des adultes que des enfants et qui s’exporte plutôt bien à l’étranger, mais décrivez-moi donc l’impression qu’elle donne, laissée ainsi. […]

 

La pelouse entre les bâtiments

Il est courant de trouver une aire de jeux au milieu des grands ensembles ou quelques équipements entre les bâtiments. Cela n’était cependant pas le cas à Londres. La plupart du temps, y trônait plutôt une belle pelouse. Quelques arbres de tailles diverses étaient plantés ici ou là, mais principalement de la pelouse. Il était tout aussi plaisant d’y voir des enfants jouer, et les petits arbres étaient protégés par un fil métallique. Même à East End, les dégâts des bombardements se sont effacés, comme le montre l’image. Il y a une immense aire de jeu derrière cet appartement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search