De la technique entre autres choses

Auteur : Naruse Mikio 成瀬巳喜男
Traduit du japonais par : Éléonore Mahmoudian

Note de la rédaction
Texte original : « Gikō no koto nado » 技巧のことなど, Eiga geijutsu kenkyū 映画藝術研究 (L’étude du cinéma), no 10, Tokyo, Geijutsu-sha 藝術社, 1934 : 70-75.

C’est un fait, les moyens de description du cinéma muet de nos jours témoignent d’une certaine forme d’aboutissement. Beaucoup de techniques sont utilisées avec efficacité, comme si elles tombaient sous le sens : ainsi de l’utilisation des intertitres, des changements de scène, des ellipses, des prises de vue en mouvement, etc, etc, … ou encore des descriptions psychologiques ou de l’expression du son par l’image.
   Eh bien, dans quelle mesure ces techniques changeront-elles avec le parlant ?
   Je vais consigner ici ce qui pourrait correspondre à des notes préparatoires pour la réalisation prochaine de mon premier film parlant.
   Tout d’abord, des divergences interviennent dans l’agencement des images, qui sont liées aux différences entre les « intertitres » du cinéma muet et les « dialogues » du parlant : de nos jours, l’usage des intertitres est très libre, il y a même des cas où l’on dit qu’il relève du parlant (je pense que d’importants changements sont dus à l’influence du cinéma parlant). Un exemple :

1. Dans une pièce, A et B conversent en se faisant face
A sort de l’image
(intertitre) « Bon, je vais rentrer »

2. B écoute ces paroles
Et A de continuer
(intertitre) « Au revoir »

3. A sort par la porte

4. Plan sur B

Voilà un type de situation qui correspondrait dans le cinéma parlant aux « répliques » d’un personnage hors de l’image. Cela convient bien pour une situation aussi simple, mais par exemple quand A et B ont l’un et l’autre un grand nombre d’intertitres, je crois que cette méthode d’insertion devient difficile.
   Cependant, dans les films parlants, on comprend clairement qui parle de A ou de B, que celui-ci soit en dehors de l’image ou qu’il soit de dos, la crainte du cinéma muet de ne plus savoir à qui sont attribués les intertitres n’a donc plus lieu d’être.
Si je reprends l’exemple précédent :

1. Dans une pièce, A et B discutent en se faisant face
A sort de l’image
La voix de A couvre l’image où se trouve B
(Bon, je rentre)
(Au revoir)
Bruit de la porte qui s’ouvre et se referme

Ainsi, il est possible de montrer la même chose en un seul plan. Dans un film muet, il faut montrer A qui sort par la porte dans le plan 3, ou à la place un bout de la porte qui se ferme, ou encore les jambes de A. Ce n’est bien sûr qu’un exemple et dans un film parlant, il arrive aussi qu’il faille montrer A lorsqu’il s’en va ou alors que tout cela ne tienne pas en un seul plan et que plusieurs soient nécessaires.
Toujours sur la technique des intertitres :

Devant un poste de police
Une prostituée en sort
(intertitre) « Tiens Mitsu la fille du bar est sortie de taule »

Bord d’une rivière
Deux marins parlent en regardant dans la même direction

Pas loin de là
Mitsu vient à passer

C’est la première scène de Yogoto no yume 夜ごとの夢 (Rêve de chaque nuit). Dans ce cas-là l’intertitre sert à introduire le nom et la profession de la femme, ainsi qu’à abréger la distance du poste de police à la rivière. Pareille utilisation des intertitres est extrêmement fréquente : après un intertitre qui dit « allons dans tel ou tel endroit », on se retrouve à tel ou tel endroit, etc.
   Ce genre de procédé ne change pas beaucoup dans le parlant, et je pense même que nombre de procédés semblables ont été fréquemment employés jusqu’à présent, tels que celui qui consiste par exemple à utiliser un son ou un mot semblable voire identique pour relier des scènes, et je crois que désormais toutes sortes de procédés du même type vont apparaître.

Je ne veux pas dire que c’est quelque chose d’infaisable dans un film muet, mais voici un exemple de situation où un seul personnage continue de parler interminablement.
   C’est une scène du prochain scénario que je vais réaliser : pris dans les difficultés de la vie un mari poitrinaire dit quelque chose de triste devant sa femme1. L’épouse essaie d’égayer l’humeur de son mari et se met à parler de ce qui les avait divertis et amusés pendant leur voyage de noces. D’un air heureux et gai. Mais l’attention de la femme a l’effet inverse et fait pleurer l’homme. L’épouse parle, souriant en surface, mais elle aussi s’attriste peu à peu et finit par laisser couler des larmes tout en continuant de parler, pendant que son visage seul sourit. Voilà une situation qui peut être exprimée de façon simple et efficace dans un film parlant, mais qu’en serait-il dans un film muet ? Si minutieuse que soit la technique employée, je ne pense pas qu’on puisse espérer une efficacité équivalente au parlant.
   Avec le cinéma parlant, je crois qu’il est possible d’exprimer facilement et sans avoir recours à aucun procédé, des passages qui nécessitent des descriptions complexes pour le cinéma muet.
   Toutefois, le cas échéant, il est clair que la qualité du jeu vocal des acteurs apporte une grande différence à l’effet produit, et je crois que les acteurs du parlant sont capables d’imaginer en un instant des choses plus complexes que ceux du muet. Rien que le fait même de pouvoir insuffler du caractère ou des sentiments aux dialogues, n’est-il pas très différent du cinéma muet où un intertitre survient dès qu’un personnage ouvre la bouche ?
   En remplacement des gestes expressifs, il est possible de combiner des dialogues avec d’autres images de diverses manières, de même la forme du monologue qu’on trouve au théâtre peut-elle être utilisée de façon plus libre et plus efficace encore dans le cinéma parlant.
   Les dialogues ou les sons séparés peuvent être utiles pour des descriptions psychologiques, pour la description d’une atmosphère ou pour souligner un sentiment, tout comme les diverses formes du montage l’étaient pour le cinéma muet.
   Analyse du mouvement ─ esthétique de la fluidité ─ tempo2.
   Je n’ai pas pu écrire quoi que ce soit d’introductif ni de théorique, par exemple à propos du fait que la position de la caméra est aussi importante pour le cinéma parlant que pour le muet. Mais peut-être une autre fois, si j’ai l’occasion de faire l’exposé de mon expérience du cinéma parlant.

 

Notes

1 Il s’agit d’une scène de Trois sœurs au cœur pur (Otome gokoro san nin shimai, 『乙女心三人姉妹』), P.C.L., 1935. (N.D.T.)

2 Les termes utilisés en Japonais sont les suivants : « analyse du mouvement » (ugoki no bunseki 動きの分析), « esthétique de la fluidité » (ryū bi 流動美) et « tempo » (tenpo テンポ). (N.D.T.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search